Foire aux questions

Le but de ce site est de vous informer sur les possibilités que peuvent apporter une démarche Ostéopatique. L’ensemble des informations indiquées ne sont en aucun cas des recommandations de traitement, de diagnostique, ni de prescription.

En cas de troubles importants, de maladies ou au moindre doute sur votre état de santé, je vous conseille de consulter un médecin.

J’ai apporté beaucoup de soins à l’exactitude des renseignements fournis sur ce site, mais je ne peux être tenus responsables des conséquences en cas de mauvaise utilisation de ces renseignements.

Y-a -t’il des échecs à un traitement Ostéopathique ?

Oui, bien entendu. Il est évident qu’il n’est pas possible d’avoir uniquement des succès. Mais il faut se poser la question de savoir qu’elle est l’origine d’un échec, pour essayer d’y remédier. Parfois cela peut demander une remise en question à la fois du patient et/ou du praticien.

De la part du patient:

Comme j’ai déjà pu le dire, les ressources sont dans le patient et la guérison appartient au patient et non pas au thérapeute. Et pour cela il faut que le patient réunisse les conditions nécessaires pour améliorer son état de santé.
Il doit donc parfois nécessaire de changer certaines choses, dont notamment :

  • Son hygiène de vie;
  • Avoir une activité physique régulière;
  • Modifier certains gestes professionnels ou répétitifs;
  • Améliorer son hygiène alimentaire;
  • Arrêt de l’alcool, tabac, drogues…;
  • Certains environnements professionnels ou familiaux sont à l’origine d’état de stress.

De la part du praticien :

Le praticien peut tout à fait avoir sa part de responsabilité dans l’échec :

  • Son manque d’expérience ;
  • Il ne prend pas le temps d’écouter et de comprendre son patient ;
  • Il n’arrive pas à remonter à l’origine du symptôme ou de la maladie que présente son patient.

Il arrive parfois également qu’un échec soit dû à une mauvaise indication thérapeutique :

  • L’Ostéopathie ne soigne pas tout.
  • L’Ostéopathie est parfois contre-indiquée dans certains cas.

Mais d’une façon globale, l’Ostéopathie, même si elle n’est pas la meilleure réponse à un problème, peut très souvent apporter un soulagement ou un mieux être.(1)
Il est important aussi d’accepter de travailler et d’échanger avec d’autres professionnels.

 

Peut- il y avoir des effets secondaires à un traitement Ostéopathique?

Au cours d’une séance d’Ostéopathie, plusieurs choses peuvent se passer.
Tout d’abord l’Ostéopathe, même si son action n’est pas traumatisante, va libérer des zones en contrainte et créer un certains nombres de désordres au sein du système corporel. Celui-ci étant auto-régulé, il va progressivement se rééquilibrer et se ré-harmoniser.

Le premier effet d’une séance d’Ostéopathie est le plus souvent d’avoir la sensation d’être détendu et de « planer ».

Ensuite, la libération des zones en contrainte peut parfois provoquer une libération de toxines. Dans les jours suivants, celle ci laisse apparaître des sensations plus ou moins désagréables, qui vont de simples courbatures à, parfois, l’impression d’avoir été « roués de coups », comme me le disent certains patients.(1)
L’organisme doit prendre en charge ces toxines en les filtrant et en les éliminant, cela peut prendre quelques jours. C’est pour cette raison que le patient peut donc ressentir de la fatigue, des courbatures…; les douleurs pour lesquelles il est venu consulter peuvent parfois persister pendant plusieurs jours ( 2 à 4 jours le plus souvent ).

Après une séance d’Ostéopathie, le système corporel a besoin de temps. Il est donc important de patienter et d’espacer les séances d’au moins une ou deux semaines. Une ré-intervention trop rapide pourrait créer plus de désagréments qu’elle n’apporterait de bien-être.

 

Quels sont les conseils que l’on peut donner après une séance ?

  • Le repos, ou tout au moins diminuer ses activités. L’organisme a besoin de se régénérer et se ré-harmoniser. Le corps ne peut pas répondre de façon optimum à l’effort ; les effets de la séance risqueraient d’en être altérés.
  • Penser à boire ; la fatigue et les courbatures sont la preuve de l’élimination des toxines qui stagnaient dans les zones en contrainte, libérées pendant la séance. Il est donc important de boire de l’eau pour aider l’organisme à les évacuer.

Combien faut- il de séances ?

Voilà une question difficile, je dirais le moins possible. Une séance d’ostéopathie est un acte qui a un coût.
Il est important pour nous de faire en sorte que le patient trouve une ou des solutions à ses problèmes le plus rapidement possible ; mais ce n’est pas toujours aussi simple, l’ostéopathie n’est pas de la « magie ».
Le plus souvent une ou deux séances suffisent mais parfois plusieurs séances peuvent être nécessaires.

  • Pour une simple lombalgie: une séance peut suffire.
  • Pour le patient qui présente une douleur aiguë: l’origine de cette douleur peut être dûe à plusieurs lésions ou contraintes plus ou moins anciennes laissées de côté par le patient. Elles aboutissent à un processus d’adaptation complexe organisé par le système corporel. Il est parfois nécessaire d’intervenir plusieurs fois pour redonner au système la possibilité de se rééquilibrer et se ré-harmoniser pour pouvoir libérer pleinement cette douleur.
  • Les patients présentant une douleur chronique: plusieurs séances peuvent être également nécessaires. Le système corporel a besoin de temps pour ré-organiser et ré-harmoniser son équilibre. Dans ce type de cas, il ne faut pas hésiter à espacer les séances et être patient.
  • Les patients présentant plusieurs symptômes plus ou moins anciens: il est important dans un cas comme celui-ci de déterminer quelle est la priorité du patient face à ses douleurs. On ne peut pas tout traiter en une séance.
  • Le patient peut venir consulter pour une raison bien précise et être soulagé en une ou deux séances. Mais au cours de son examen l’ostéopathe peut mettre en évidence un certains nombres de problèmes plus profond dont l’origine peut être plus ancienne. Il convient d’en avertir le patient et de lui proposer une démarche thérapeutique adaptée, en lui laissant le choix de poursuivre ou non.
  • Le patient vient consulter avec une pathologie ou symptôme dont l’ostéopathie n’est pas la meilleure voie d’accès : il est important de voir dans ce cas précis quelle est l’attente du patient par rapport à un soin ostéopathique et lui proposer une aide adaptée à sa pathologie, sans risquer d’aggraver son état. Le nombre de séances peut varier en fonction des résultats obtenus et de l’attente du patient. Mais d’une façon globale l’ostéopathie, même si elle n’est pas la meilleure réponse à ce problème, peut très souvent apporter un soulagement ou un mieux être.
  • Pour les bébés et les enfants: là aussi plusieurs séances peuvent être nécessaire, en fonction des besoins et de l’âge de l’enfant. Il est important de rappeler que ce n’est pas le praticien qui fait quelque chose, mais bien l’enfant ou le bébé, qui grâce à la poussée interne de ses structures permet la normalisation. L’ostéopathe n’est là que pour libérer les zones en contrainte et laisser faire l’enfant dans son processus de guérison.

Comment choisir son Ostéopathe

Tout d’abord, il y’a autant d’ostéopathie qu’il y a d’ostéopathes.
En effet, il existe plusieurs grands courants en ostéopathie :

  • Les Techniques Articulaires et Vertébrales (les plus répandues). Elles s’intéressent plus particulièrement à la physiologie et au fonctionnement de ces articulations, et cherchent en premier lieu à redonner un fonctionnement normal aux articulations en perte de mobilité.
  • Les Techniques Crâniennes, ou cranio- sacré développées par W.G.Sutherland.
  • Les Techniques Fasciales qui agissent sur les tissus fibreux et conjonctifs profonds du système corporel.
  • Les Techniques Viscérales ; nombre d’auteurs et de praticiens considèrent le système viscéral comme un deuxième cerveau. En effet, le nombre de neurones au niveau de la sphère viscérale est plus important que celui du système nerveux central. Le nombre d’informations qu’envoie le système viscéral au reste du corps est très important, d’où la nécessité de s’assurer que la vie viscérale est la plus harmonieuse possible.(1)
  • Et enfin l’Approche Tissulaire (voir la rubrique correspondante)

Chaque praticien doit pouvoir choisir et adapter son traitement en fonction des demandes spécifiques du patient .

Pour choisir son ostéopathe, le plus souvent « le bouche à oreille » est ce qui fonctionne le mieux. Mais voici quelques éléments qui peuvent vous aider à choisir :

  • Il faut que l’ostéopathe soit enregistré auprès de la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS), un Numéro ADELI lui est alors attribué et a donc l’autorisation d’avoir le titre d’ostéopathe et d’exercer.
  • L’Ostéopathe doit avoir suivi une formation sérieuse dans un établissement agréer par le ministère de la santé.
  • Le fait d’avoir un Numéro ADELI et/ou être diplômé d’une école agréer ne veut pas forcement dire qu’il est compétent. L’ostéopathe peut avoir eu une formation ancienne et insuffisante avant les décrets d’application. Son expérience et les formations post graduets peuvent tout à fait faire de lui quelqu’un de très compétent.

Faut il que ça « Craque »?

L’ostéopathie souffre d’une image parfois incorrecte par rapport à ce qu’elle est en réalité.

L’ostéopathie n’est pas une succession de technique structurelle où les articulations sont mobilisées parfois de façon violente , avec pour résultat un craquement qui ne signifie pas forcement que l’articulation est correctement ajustée.
Il est possible que ces techniques puissent permettre à l’articulation de retrouver une certaine mobilité perdue et provoquer un soulagement, mais il n’est souvent que transitoire. La cause n’étant pas traitée, l’articulation ou la vertèbre retourne le plus souvent dans sa lésion.

Beaucoup de praticiens exercent ces techniques dite structurelles.
Beaucoup de patients pensent que le craquement signifie que la correction est réussie et y accorde de l’importance, mais il n’en est rien.
Ces techniques peuvent être dangereuses si le patient souffre d’articulations altérées par l’arthrose , l’ostéoporose , ou de toute autre pathologie ou anomalie non diagnostiquée.

A propos du craquement A. T. STILL nous dit « l’ostéopathe ne devrait pas encourager cette idée chez son patient, comme étant la démonstration que quelque chose est accomplie »( A. T. STILL, Ostéopathie, recherche et pratique, Edition SULLY, P42).

De plus ces techniques nécessitent un savoir-faire, une réelle habileté et une grande compétence pour atteindre une perfection du geste, permettant de pratiquer sans danger et sans douleur.

Existe t’il des contre indications?

Même si parfois le traitement Ostéopathique n’est pas le plus indiqué, celui -ci peut toujours lui permettre de lutter plus efficacement contre son affection et de se remettre plus rapidement de la maladie ou du traitement médical qui a été nécessaire.

Les contre indications:

  • Maladie grave en cours d’évolution tels que le cancer, sclérose en plaque, polyarthrite. Des soins ostéopathiques peuvent être utiles et bénéfiques en dehors des crises.
  • Un traumatisme récent (fracture, traumatisme crânien). L’ostéopathie pourra être utile dans un deuxième temps.
  • Dans certains cas de maladies infectieuses en cours d’évolution aiguë. La médecine propose aujourd’hui des traitements beaucoup plus sures , efficaces et rapides que l’ostéopathie, mais il ne faut pas oublier que A.T. Still et ses co-disciples traitaient à leur époque bon nombre de pathologies infectieuses avec succès.
  • Chaque fois que le praticien a un doute.

Les soins d’Ostéopathie sont ils remboursés?

Les séances d’ostéopathie ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale. Aujourd’hui de nombreuses mutuelles proposent des prises en charge de ces soins, allant de quelques Euros à plusieurs séances remboursées par an en fonction du contrat souscrit.

Combien coûte une séance d’Ostéopathie?

Le tarif d’une séance varie le plus souvent en fonction de l’implantation géographique du praticien. On peut dire que le tarif moyen se situe entre 50 et 80 Euros.

Combien de temps dure une séance d’Ostéopathie?

Généralement une séance dure entre 40 et 60 Minutes pour un adulte, et environ 30 a 40 Minutes pour un enfant. Ce temps peut varier en fonction des difficultés que rencontre le thérapeute ou des demandes du patient.